Haiti.- La ruée vers le Mexique

La troisième convocation de la bourse de Mexique a eu lieu du 11 au 30 mars 2015. Des centaines d’étudiants se sont présentés au Ministère des Affaires Etrangères pour s’inscrire. Le nombre d’étudiants désireux de se porter candidat a atteint son apogée le vendredi 27 mars écoulé. Les passants pouvaient les voir amasser derrière la barrière principale du Ministère comme s’ils préparaient un rassemblement. L’intérêt de ces jeunes pour cette bourse d’étude est sans précédent, seule la bourse d’étude de médecine du Gouvernement Cubain a été plus populaire. Qu’est ce qui explique cette ruée vers le Mexique ?
D’abord, les programmes d’études du programme sont très intéressants. Comptez une licence en génie Civil, génie mécanique, génie des réseaux et télécommunications etc.., des programmes qui paraissent plus intéressants dans des universités étrangères que locales. Les ressources étant, a priori, plus nombreuses à l’étranger qu’en Haïti.
Une autre explication repose dans le fait qu’Haïti, ne dispose pas de suffisamment de programmes de bourses d’études. Les haïtiens ne sont pas qualifiés pour un grand nombre de programmes de bourse d’études intéressants. Pour le petit nombre de programme accessibles aux étudiants haïtiens, les jeunes doivent faire face au manque de transparence dans la gestion desdits programmes. Les sites internet du gouvernement haïtien ne font pas état des bourses disponible et les fonctionnaires en charge de ces programmes en font une affaire personnelle. Il faut passer un interrogatoire au Ministère de la Planification rien que pour savoir quelles bourses sont disponibles.
En plus du nombre limité et de la mauvaise gestion des bourses d’études, il faut aussi tenir compte de l’ignorance de beaucoup de jeunes haïtiens. Les bourses d’études pour des pays comme la Chine et Taiwan ne les intéressent pas autant car ils n’ont pas encore compris que le monde est un village et la que Chine est en marge d’en devenir le nouveau  maître. Les Etats-Unis, la France, le Canada ou tout autre pays proches de ces derniers sont pour plus d’un les seuls destinations attrayantes Le Mexique a l’avantage d’être près des Etats-Unis et l’idée de pouvoir passer de l’autre cote de la frontière est plus qu’alléchante.
Les explications sont nombreuses. La dernière mais pas la moindre consiste ne se cache pas plus loin que dans le mauvais rendement des étudiants haïtiens aux examens du Bac. La bourse d’étude de Taiwan par exemple, qui est une bourse d’excellence, exige une moyenne de 7 au bac. La barre est placée plus haute que pour les autres programmes, ce qui limite le nombre de candidats. Les notes du bac sont si faibles qu’une moyenne de 7 sur 10 est trop sélective.
Au-delà des explications a la ruée vers le Mexique des Etudiants haïtiens, l’attitude des étudiants est ce qui choque le plus. Même conscient de ne pas avoir la moyenne requise, les étudiants vont quand même déposer leur dossier, question de tenter leur chance. Tout est question de chance dans ce pays. Des jeunes passent des années sur les bancs de l’école sans application encore moins d’assiduité mais vont tenter leur chance au bac et le système les donne raison parfois, car par accident certains finissent par avoir de très bonnes notes.
La ruée vers le Mexique peut prendre fin d’un jour à l’autre dépendamment de l’évolution des relations entre les pays. Il revient à nos jeunes étudiants d’agir en intellectuels et futurs scientifiques. À eux de poser les bonnes questions, d’exiger des preuves, d’analyser les fait pour créer ou saisir de nouvelles opportunités. Ainsi, ils n’iront pas tenter leur chance pour une bourse d’étude, ils déposeront leurs candidatures pour les programmes pour lesquels ils sont qualifiés et ne compteront pas sur la chance mais sur leur mérite pour obtenir les résultats désirés.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *